Chenonceau, le château des dames

Après Chambord, Chenonceau est certainement le château le plus connu de la vallée de la Loire. Il doit sa réputation à son architecture unique puisqu’il est le seul à être bâti au-dessus d’une rivière. Sa silhouette distinctive n’était pourtant pas le plan d’origine. Le château fut d’abord un simple logis de style Renaissance prolongé par la suite d’un pont au-dessus du Cher, puis d’une galerie ajoutée sur le pont. Classé au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2017, c’est le château privé le plus visité de France avec plus de 800 000 visiteurs par an.

Un château unique

Le château de Chenonceau se cache au fond de sa Grande Allée, chemin majestueux de presque un kilomètre de long bordé de platanes. Lors de ma visite en septembre dernier, les feuilles commençaient déjà à tomber.

Et puis on finit par l’apercevoir entre les branches. Il se devine peu à peu, mais timidement. On ne le reconnait même pas. On arrive devant la façade nord du logis qui peut paraître assez petite au premier coup d’œil. Le château de Chenonceau ne se dévoile entièrement que lorsqu’on parcourt ses jardins.

Le château des dames

C’est pourtant bien les symboles d’un homme qui accueillent les visiteurs. Ce sont en effet la salamandre couronnée et le F du roi François Ier qui ornent l’entrée du château. Mais l’histoire ne commence pas avec lui. Au XIIIe siècle, sur l’esplanade actuelle, se trouvait un petit château médiéval et son moulin. En 1513, Thomas Bohier, le contrôleur général des finances de François Ier, achète le domaine et fait raser les bâtiments. Il n’en reste aujourd’hui que le donjon au coin de l’esplanade, la tour des Marques (à droite de la photo). C’est surtout son épouse, Katherine Briçonnet, qui prend les travaux en mains inspirée par le style des palais vénitiens. Elle fait ériger un logis dès l’année suivante sur la base de l’ancien moulin. Mais en 1535, la famille Bohier est endettée et le fils cède le domaine à François Ier. Chenonceaux devient donc château royal.

C’est alors que les dames les plus célèbres entrent en jeu. En 1547, le nouveau roi Henri II (fils de François Ier) offre le château à sa maîtresse, la fameuse Diane de Poitiers. Et elle a beaucoup d’ambition pour son nouveau château. Elle s’occupe d’abord de créer les jardins côté est, une étendue spectaculaire de 120 m sur 100 m. Elle veut créer un autre jardin, sur l’autre rive du Cher. Et pour cela, il faut construire un pont. C’est donc à Diane de Poitiers que l’on doit l’ébauche du château d’aujourd’hui, un logis prolongé d’un pont. Le pont est terminé en 1559, il fait 60 m de long et 5 m de large et comporte 5 arches dissymétriques qui enjambent le Cher.

Henri II décède en 1559 et les choses se gâtent alors pour sa favorite. Catherine de Médicis, la veuve d’Henri II, éloigne Diane de Poitiers et lui échange le château de Chaumont contre celui de Chenonceaux. Son fils, François II (époux de Marie Stuart) monte sur le trône mais décède lui aussi au bout de quelques mois seulement. Le deuxième fils de Catherine et Henri, Charles, n’a que 10 ans à la mort de son frère. Catherine de Médicis assure donc la régence. Et cela signifie aussi qu’elle veut faire de Chenonceaux un château digne de son rang. Elle crée un deuxième jardin, à l’ouest, ainsi qu’un autre jardin sur l’autre rive du Cher (jardin malheureusement disparu aujourd’hui). Mais surtout, elle a besoin d’espace pour recevoir la cour dans son château. Elle a l’idée de génie de construire une galerie de deux étages sur le pont.

Au XVIIIe siècle, le château n’appartient plus à la famille royale. L’épouse du propriétaire, Louise Dupin, y reçoit néanmoins les grands noms des Lumières comme Montesquieu, Rousseau et Voltaire. Le château survit à la Révolution avec une petite altération: son orthographe! Lecteurs attentifs, vous aurez à coup sûr remarqué que j’ai parfois orthographié Chenonceaux sans « x ». Je ne suis pas étourdie. Soucieuse de se différencier de la royauté et de faire pardonner l’héritage royal du château, Louise Dupin supprime la terminaison du château (mais pas celle de la commune attenante). Le château de Chenonceau se trouve donc à Chenonceaux.

En 1864, la famille Dupin vend le domaine à Marguerite Pelouze qui entreprend une grande restauration. Elle veut notamment restituer la façade de l’époque de Diane de Poitiers qui avait été modifiée par Catherine de Médicis avec l’ajout de fenêtres. Elle fait raser les appartements de Louise de Lorraine et reconstruire les tourelles des angles. Elle fait également restaurer l’intérieur du château à grands frais. Surendettée, le château est vendu à son principal créancier le Crédit foncier en 1889.

Aujourd’hui, la château appartient à la famille Menier (des chocolats) depuis 1913. Lors de la Première Guerre mondiale, les deux étages de la galerie sont transformés en hôpital militaire dirigé par Simone Menier, infirmière major. Il accueillera plus de 2000 blessés. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la ligne de démarcation passait littéralement sous le château puisque la France était divisée par la rivière du Cher. La galerie est utilisée pour faire passer des personnes en zone libre.

Le château des fleurs

Je crois que ce que je retiendrai de ma visite, au-delà de l’architecture unique de ce château, c’est la décoration florale particulièrement soignée. Certes, il n’est pas rare de voir des bouquets de fleurs lors de visites de châteaux, mais à Chenonceau, les bouquets sont de véritables œuvres d’art. Si bien que je passais parfois plus de temps à admirer les ornements floraux que le mobilier. Je me suis extasiée pièce après pièce devant les compositions orangées et toutes ces fleurs inconnues. Les deux fleuristes du domaine habillent chaque pièce avec soin avec des fleurs de saison…ce qui me donne tellement envie de revenir voir leurs compositions aux autres saisons.

Les jardins

Diane de Poitiers et Catherine de Médicis ont aussi marqué l’extérieur du château. Elles ont chacune leur jardin. Évidemment, lors de ma visite fin septembre, les jardins n’étaient pas en pleine floraison mais ils n’étaient pas tristes pour autant. Le plus grand jardin est celui de Diane de Poitiers qui mesure 12 000 m2 composé de huit grands triangles avec un jet d’eau au centre.

Deux fois plus petit, le jardin de Catherine de Médicis paraît plus intime et offre une perspective différente sur la façade ouest du château. Lui aussi dispose d’un petit bassin en son centre.

Le parc

Le parc est immense, et j’ignorais qu’il y avait tout un complexe autour du château. Il y a de quoi se restaurer dans le bâtiment des Dômes devant le château. Mais il y aussi une ferme à droite de la grande allée. Elle date du XVIe siècle et comporte plusieurs bâtiments dont la galerie des attelages dans la grande étable où on peut voir plusieurs voitures hippomobiles. Il y a juste devant une petite mare aux canards.

Derrière la ferme il y a un potager extraordinaire. Là encore, vu la saison, il n’était pas à son apogée, mais il y avait encore beaucoup de tomates (j’ai donc appris l’existence des arbres à tomates) et bien sûr beaucoup de courges, et des fleurs au milieu des légumes. Et les douze carrés du potager sont bordés de minuscules pommiers. Les jardiniers y cultivent les fleurs nécessaires à la décoration du château.

En ce début d’automne, le parc avait un petit côté enchanteur. Il était tellement agréable de se promener dans les sous-bois encore humides et de poser les pieds sur le tapis de feuilles orangées. J’aime beaucoup la lumière de fin de journée en automne, surtout quand elle vient caresser les cyclamens à perte de vue au ras du sol.

CARNET PRATIQUE

  • site officiel
  • situé à 35 km en voiture de Tours
  • accès facile en TER (Tours-Chenonceaux en 25 min) avec la gare au bout de la Grande Allée
  • billet d’entrée 15€
  • le château est ouvert toute l’année (consulter le site officiel pour les horaires aménagés covid)

Article publié dans le cadre du rendez-vous mensuel #EnFranceAussi, collectif de blogueurs crée par Sylvie du blog Le coin des voyageurs. Le thème de ce mois de novembre est « château » et a été proposé par Sabrina du blog Entre Sarthe et Mayenne

18 réflexions sur “Chenonceau, le château des dames

  1. Magnifique chronique. J’ai visité cet été ce château ( ma chronique est à construire ) mais il y avait bcp plus de monde. En tout cas, tout à fait d’accord les bouquets dont magestueux .

    • Merci pour ton commentaire. J’y suis allée un vendredi de septembre, c’est pour ça qu’il y avait très peu de monde. Ah toi aussi tu as aimé les décorations florales?? En été les bouquets devaient être très colorés!

  2. Je l’ai visité il y a une petite dizaine d’années et je l’ai adoré, surtout grâce à ce pont. On peut faire des balades en barque et passer en dessous. Il y a aussi cette chambre toute décorée de noir qui m’a marqué. 🙂

    • oui nous avons vu quelques embarcations dont un canoë qui avait beaucoup de mal avec le courant, on a eu un peu peur pour eux! La prochaine fois je testerai!

  3. Il a vraiment une histoire passionnante ce Château ! Et comme toi, je trouve les compositions florales magnifiques et clairement ça doit valoir le coup de revenir à chaque saison pour voir quelles fleurs sont mises en avant. Côté jardins, de ce que je vois sur tes photos, j’ai une petite préférence pour celui de Catherine de Médicis 🙂 Et tes photos des cyclamens dans les bois sont magnifiques !

    • Merci beaucoup!!! 😊 je crois que moi aussi je préfère le jardin de Catherine de Medicis, peut-être un peu moins formel, clairement pas la même ambiance!

  4. Je n’ai quasi aucun souvenir de ce château que j’ai pourtant visité (il y a très très très longtemps). J’avais complètement oublié la raison pour laquelle on l’appelle le « château des Dames » mais à la lecture de ton article on comprend mieux pourquoi.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.