Lausanne

J’ai eu un petit coup de cœur pour Lausanne, cette ville coquette au bord du lac Léman. J’ai trouvé les montagnes plus présentes que chez sa voisine Genève. Avec ses deux lignes de métro, il est très facile de la parcourir d’un bout à l’autre en un rien de temps. Elle est calme et charmante, parfaite pour un petit week-end (accessible en 3h40 de Paris gare de Lyon avec le TGV Lyria).

La ville haute

Lors de ma visite au cœur de l’hiver et en pleine semaine, la ville haute était quasi déserte, si ce n’est quelques étudiants qui venaient de passer un examen et qui débattaient sur les marches de la place du Château au soleil. S’y promener était donc vraiment agréable et je n’étais perturbée que par le passage de rares voitures.
La cathédrale de Lausanne domine le promontoire de la ville haute. Construite au XIIIe siècle, elle devient protestante avec la Réforme en 1536. L’intérieur reste sobre, mais ses vitraux m’ont un peu effrayée.

Un peu plus haut encore se trouve le château Saint-Maire. Cet énorme donjon du XVe siècle sorti d’un conte pour enfants ne se visite malheureusement pas.

château saint Maire Lausanne

Les petites rues médiévales calmes et pavées sont agréables avec parfois des petits airs d’Italie. La ville haute offre de jolies vues sur Lausanne, presque mystique quand les nuages s’accrochent entre le lac et les montagnes.

Quartier de Bourg et centre

Juste en contre-bas de la haute ville, le quartier de Bourg est piéton et animé. On y trouve le marché et une ribambelle de boutiques dans les rues en pente. La place de la Palud est peut-être la plus pittoresque de Lausanne avec son hôtel de ville du XVIIe siècle, son marché et sa fontaine de la Justice (avec la statue dorée).

De l’autre côté de la rue centrale on trouve le quartier de saint-François qui s’articule autour de l’église éponyme (« Sainf » comme on dit). Ce quartier est dans la continuité du précédent avec ses rues pavées et ses boutiques.

Ouchy

Le quartier d’Ouchy est celui situé au bord du lac Léman. C’est ici que réside le charme de Lausanne. Cette « commune libre » a été rattachée à Lausanne à la fin du XVIIIe siècle. Aujourd’hui, elle s’est autoproclamée « confrérie des pirates d’Ouchy » avec son ambassade. Un peu de folklore qui fait sourire. Son port et les façades Belle-Epoque (comme celle du palace Beau-rivage) en font une charmante promenade à la lueur du soleil. J’ai été complètement envoûtée par le calme du lac, les neiges accrochées au sommet des montagnes, la brume qui jetait un voile mystérieux sur les montagnes, et le vol des canards qui étaient les seuls à briser cette quiétude d’un autre temps. Je suis restée des heures à me promener au bord du lac, à observer les changements du paysage selon l’épaisseur de la brume, à siroter devant la vue à une terrasse (attention, la vue se mérite, les terrasses sont très chères).

Musée olympique

 Toujours le long de cette promenade au bord du lac, après l’hôtel Beau-rivage, on arrive à une des attractions principales de Lausanne: le musée olympique. Lausanne est en effet le siège du Comité International Olympique depuis 1915. Le musée olympique présente sur 3 étages l’histoire des Jeux olympiques depuis l’Antiquité avec de nombreux objets, tenues et accessoires appartenant aux plus grands athlètes, ainsi qu’une collection exhaustive des torches olympiques et des médailles (entrée environ 15€).

Publicités