Les trésors de la cathédrale de Cologne

Cologne Allemagne

Il ne fait aucun doute que la totalité des touristes qui arpentent les rues de Cologne viennent dans ce coin d’Allemagne pour admirer sa cathédrale, comme ils viennent à Paris pour voir la Tour Eiffel. Il faut bien avouer qu’elle est impressionnante cette grande dame du haut de ses 157 mètres. Et elle a dû en impressionner plus d’un depuis le début de sa construction en 1248!

Quand on posa la dernière pierre 632 ans plus tard (en 1880 donc), elle était le bâtiment le plus haut du monde. Il n’est donc pas étonnant qu’elle soit encore aujourd’hui le monument le plus visité d’Allemagne (et au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1996).

C’est un parfait exemple du style gothique, les plans du XIIIème siècle furent respectés durant les six siècles de construction. Elle fut bâtie sur les fondations d’une église du IVème siècle. En 1164, un événement changea l’histoire de la ville. L’archevêque de Cologne, Rainald von Dassel, apporta les reliques de Rois Mages dans la ville, reliques que l’empereur Frédéric Ier (dit Barberousse) s’était procuré lors de son invasion de la ville de Milan deux ans plus tôt s’assurant ainsi la prospérité de la ville et son rôle religieux proéminent. A l’époque, posséder des reliques conférait un pouvoir immense au souverain propriétaire et renforçait sa légitimité de droit divin. Il fallait donc désormais une cathédrale digne de ce nom pour abriter les reliques, pour accueillir les futurs pèlerins du monde entier et asseoir le pouvoir de l’archevêque le plus important de l’empire romain germanique. Elle fut consacrée en 1322, même si elle était loin, très très loin d’être achevée. Les deux tours ne furent ajoutées qu’au XIXème siècle.

IMG_3662

portail principal de 1380

IMG_3831

mosaïque de la présentation de la cathédrale

La cathédrale est déjà imposante lorsqu’on est devant, mais elle l’est peut-être encore plus à l’intérieur. Elle est très sobre et n’est pas couverte de dorures, mais la hauteur de sa forêt de piliers vous cassera les cervicales à force de lever la tête.

IMG_3841

IMG_3669

Les reliques des Rois Mages sont enfermées dans une châsse dorée dans le chœur de la cathédrale. Cette partie de la cathédrale n’est ouverte que quelques heures par jour (heureusement que je suis restée deux jours à Cologne, car le premier jour les grilles étaient fermées et ma frustration était totale). La châsse en or est protégée par un caisson de verre et des grilles de fer, on ne peut donc pas s’en approcher réellement (frustration partielle quand même).

IMG_3833

IMG_3835

Outre son architecture grandiose et ses reliques royales, un autre des trésors de la cathédrale réside dans ses vitraux. Ils furent lourdement endommagés pendant la Seconde Guerre mondiale et leur restauration fut très longue.

IMG_3826

IMG_3675

la lumière traversant les vitraux

Le dernier vitrail n’a été ajouté qu’en 2007…et quel vitrail! Oeuvre de Gerhard Richter, on dirait des milliers de pixels avec ses 11 500 carrés de 72 couleurs différentes. Il fait pénétrer la lumière dans la cathédrale comme aucun autre et apporte une touche de modernité totalement improbable dans ce lieu du Moyen-Âge.

IMG_3839

IMG_3839

Un dernier exemple de vitrail original: le demi-vitrail! Il y en a plusieurs dans la cathédrale.

IMG_3840

L’oeuvre qui m’a le plus marquée dans la cathédrale est peut-être l’autel de saint Agilulfus (un évêque vénéré au XIème siècle à Cologne). Ce polyptyque datant de 1520 a été réalisé par l’école d’Anvers et est impressionnant de petits détails dans ses sculptures. IMG_3672
IMG_3674
Le dernier trésor de la cathédrale qu’il ne faut pas rater,  c’est sa vue panoramique sur la ville. Pour avoir ce privilège, il faudra s’acquitter de la somme de 4€ au pied de la tour droite…et gravir les 550 marches pour accéder au sommet. Pour tout dire, 550 marches, ça fait vraiment beaucoup! Je crois que c’est en fait mon record. L’ascension est un peu périlleuse et éprouvante, surtout la première moitié car les visiteurs montent et descendent par le même petit escalier étroit en colimaçon avec ses marches usées par les siècles. Les bâtisseurs de l’époque n’avaient certainement pas envisagé que des touristes du monde entier s’y presseraient un jour. Le toit du monde, ça se mérite. Mais la vue est une sacrée récompense pour ceux qui arrivent jusqu’en haut.

Les trésors de la cathédrale de

© Globe-trottine pour toutes les photos

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s